Décès à Senneterre : une enquête publique sur les soins de santé réclamée

2021-12-06 - Demandée depuis juin, la Ville de Malartic réitère l'abolition des horaires de faction des ambulances, un fléau pour la municipalité.

Pour le maire de Malartic, Martin Ferron, le décès de Richard Genest de Senneterre est encore un exemple de la mauvaise couverture ambulancière de la région, en plus de la fermeture de l'urgence.

Il tire la sonnette d'alarme pour que le gouvernement fasse des actions concrètes et qu'il n'attende pas qu'un ou plusieurs autres décès surviennent.

Selon lui, Québec serait en négociation avec des entreprises ambulancières privées.

Une perte de temps, d'après Martin Ferron

L'Abitibi-Témiscamingue doit faire front commun pour améliorer ses services, mais aussi assurer la vitalité du territoire, selon ce dernier.

Plusieurs villes comme Val-d'Or, Amos ou encore Rouyn-Noranda appuient la décision de Malartic.

Si la Ville ne se fait pas entendre, encore une fois, par le ministre Dubé, le maire assure qu'il devra se tourner vers le premier ministre en espérant que le nombre de décès n'augmente pas.